login = PHOTUS - fils des discussions
Bas de page



> Vu : 1419 fois
le Sat 23 May 2009 à 04h 53
Fil initié par "Olivier-P"
Blog-forum le coin du feu
CLASSEMENT Les techniques
Administrateur



Titre : Test Canon 200f2 vs 70-200f2.8 sur boitier 50D.
Test Canon 200f2 vs 70-200f2.8 sur boitier 50D.


David contre Goliath ? peut on comparer un excellent zoom, parmi les meilleurs existants, et un fixe lui aussi de la plus haute qualité possible ?

On dit souvent à loisir que les fixes ont une longueur d’avance. Est ce vérifiable ?

Ce test va y répondre en grandeur nature.

Les conditions :

1 boitier en raw et jpg d’origine, jpg qui seront nos témoins. Ils sont calés en TC bloquée, accentuation à 2 dans l’échelle de 7 de ce boitier très doux ( donc très faible dureté interressante ).

2 Trépied et mise au point en Vue Directe et déclencheur souple. Nous avons refait plusieurs fois les tests de façon à avoir une MAP parfaite, le LV se trompant régulièrement avec le zoom ou bien le fixe avec des convertisseurs.

3 Lumières en TC froide ( 5000k et 4000k ) sur onduleur online ( batteries perfectionnées ) pour éviter des dissemblances d’éclairages.

4 Les sujets représentent différentes matières, des zones de piqué complexes, des plans en profondeur étagés, tout pour analyser à souhait.

Les tests :

A Le 70-200L f2.8 IS seul.

B Le 200f2 seul, puis avec 1.4x Kenkopro, puis Canon 2XII, puis l’assemblage des deux.

Le but : comparer les piqués relatifs et aussi jusqu’à où un fixe de la plus haute qualité peut tenir avec des convertisseurs, s’il descend plus bas et à quel niveau par rapport à un zoom.


http://www.photus.eu/img/50D_200f2-vs-70200-conv_.zip




Les RESULTATS :


_ le 70-200L F2.8 IS Usm.
Le zoom est bon dès la pleine ouverture, puis s’exprime mieux peu à peu et atteindre un piqué extrêmement fort dès F4. Savoir que le boîtier est en jpg neutre et peu accentué, c’est donc une belle prouesse. Il tient ce piqué très puissant jusqu’à f11 et encore assez piqué à f16. A f22 la diffraction est importante.


_Le 200f2 seul.
Dès la pleine ouverture de f2, le piqué est superlatif. Certes la zone de précision du champs couvert ( pdc ) est ultra mince, mais on voit un contraste étonnant, jamais vu sur le zoom y compris à f4 ou f5.6 là où il est le plus aiguisé. Incroyable mais vrai. Pourtant … on est pas au bout de nos surprises, nous étions à l’entrée ! En fait le piqué augmente ENCORE en allant vers f2.8 qui semble une apogée qui restera longtemps. Extraordinaire, les mots manquent, et quand on imagine que le boîtier est calé en accentuation douce … on a littéralement l’impression qu’un photoshopeur fou a poussé les potards de contraste. Il n’en ait rien, c’est le piqué natif de cette optique fabuleuse. Les gros blancs de Canon nous ont souvent habitué à fort, cette fois encore le constructeur ne déroge pas à la règle, et on peut dire sans crainte que le piqué atteint à f2.8 est le maximum qu’aucun autre n’atteint.


_Le 200f2 avec le 1.4x KenkoPro.
( Attention, pas vu dans les exifs cause manip perso )

Les convertisseurs 1.4x ont bonne réputation, et ce Kenko aussi. Immédiatement on voit pourtant un défaut de chromaticité, les verres des lentilles mangent les ultra violets et les bleus, le résultat est jauni d’emblée. C’est classique, et d’ailleurs toutes les optiques sont plus ou moins chaudes, il faut des Canikon de très haute classe pour éviter ce phénomène. Mais … passé cet état de fait (facilement corrigeable) on s’aperçoit avec surprise que le piqué demeure très puissant à PO, dépassant encore par exemple le zoom seul. Par contre au grande ouvertures de f2 et f2.2 ( donc en réalité f2.8 et f3.2 ) on a un peu de flare, peu mais on le remarque aisément. Ensuite le piqué de très puissant devient extraordinaire de nouveau en fermant d’un cran, le zoom qui était déjà dépassé est de nouveau écrasé par ce couple du fixe et du convertisseur. Etonnant de perdre si peu. Le fixe doit avoir une réserve de définition, en plus d’une réserve de contraste.



_Le 200f2 avec le Canon 2xII

On retrouve la lumière blanche que le Kenko nous avait volé un instant, le jaune est imperceptible. A pleine ouverture cette fois, la définition tombe, le fixe qui caracolait haut dans sa sphère ne devient plus que ‘très bon’. En effet, on peut toujours lui allouer ce suffixe, il est encore un peu meilleur à pleine ouverture que le zoom à PO aussi. Ensuite, les performances sont à peu près égales ( attention léger calages différents, le fixe est un peu focus arrière, le zoom focus avant ) le piqué est supérieur sur le fixe, mais le contraste et les noirs restent au zoom seul car le convertisseur persiste de flarer légèrement, puis les champs latéraux sont toujours plus propres sur le fixe + 2X. Sacré performance, avec le maudit 2xII si mal réputé, le fixe s’en sort encore et est plus cohérent que le zoom prestigieux. NB : Il faut dire que la mauvaise réputation du 2x vient de son problème à décaler les autofocus. Avec un boîtier ayant des micros réglages, on peut utiliser les grands convertisseurs sans problème.



_Le 200f2 avec l’empilement des deux convertisseurs.

Ici pas de doute, la pleine ouverture flare ( remontée des noirs en gris ) à volonté ! Rebutant ! Pourtant la définition en regardant de près n’est pas mauvaise. Elle n’est pas loin des performances à pleine ouverture du zoom. Ensuite, et c’est une des surprises, en fermant d’un cran ( f5.6 donc mais f8 en réalité car l’exif ne montre pas le second conv ) le piqué augmente et dépasse les espérances, de nouveau on se situe légèrement au dessus des perfs du zoom, bien que le contraste soit toujours un peu en retrait ( restes de flare ). Surtout que cette fois l’ensemble est avec un focus identique au zoom, alors que le 2x était un peu en focus arrière ( tout cela se joue à quelques millimètres car nous sommes assez proches ). Avec ce focus situé sur le pantalon, on a la surprise de voir un piqué très fort, un contraste maintenu. Etonnant ! Certes contrairement au 2X seul, on ne pourra pas se permettre de travailler à PO, mais fermé de deux tiers, on possède un ensemble de bonne facture.



---



Conclusion : optique étonnante, supportant bien les convertisseurs. Un niveau de piqué à f2.8 jamais atteint sans doute. Utile pour les baroudeurs avec des options différentes de focales, cette optique devenant sans problème un caméléon de qualité superlative à 200mm, 280mm et 400mm, voire 560mm en poste fixe ( attention l’af pédale sur le 50D ). La différence immense est que le zoom passe aussi des convertisseurs, mais devient alors une optique banale, quand les bons fixes viennent « au pire » au niveau des excellents zoom seuls !


Et pour revenir au différence de nature, l’adage disait bien vrai : il y a un monde, un fossé impensable entre un excellent zoom et un excellent fixe. Les photos parlent d’elles même.


Et qu’auraient été les piqués ? … si j’avais actionné l’accentuation normale du boîtier, voire même un peu au dessus de la position par défaut car il est réputé ( à raison et c’est très intelligent ) doux et neutre. En passant une accentuation à 5 ou 6 je n’ose imaginer les résultats ;) Je pourrais le faire puisque ayant les raw, ceux ci sont d’ailleurs possibles sur demande.



Bonnes photos à tous.
Amitiés Olivier


Inscrivez-vous pour répondre
Valider
Annuler

Titre

Réponse


Lien

Photo
     

Légende de la photo