login = PHOTUS - fils des discussions
Bas de page



> Vu : 2969 fois
le Wed 31 Dec 2008 à 04h 01
Fil initié par "Olivier-P"
Blog-forum le coin du feu
CLASSEMENT Les techniques
Administrateur



Titre : Quelques réglages CFN ( af ) du EOS 1Dmk3


DECEMBRE 2007

Le mode de suivi actif ( SERVO ) est principalement étudié, mais qq points sont interessants pour tout les modes.

-

Donc les réglages idoines me paraissent ceux là :

CFN3 – 2 : rapide ++ ( sauf portrait, ou lenteur et sécurité )
CFN3 – 3 : 0 ( cible petite ou perpendiculaire – Af +af ) ou 1 ( grandes cibles ou axiales - prior Af + cadence )
CFN3 – 4 : 1 ( suivi continue )
CFN3 – 5 : 1 ( pas de recherche de point sur un grand télé )
CFN3 - 8 : 0 ou 1 ( mais pas 2 qui a une latitude Ă©norme )
CFN3 – 16 : limiter à 7is

Se mettre en priorité Hautes Lumières. Le gain de dynamique est réel sur les animaux avec taches blanches.

Le CFN3- 9 : 1 est conseillé par le CPS Canon et permet d’avoir seulement les 9 points en croix du centre. Idéal pour ne pas arroser.



Constatation A / CFN3 – 16 : limiter à 7 is

J’ai débuté par ça ! pourquoi ? parce que le 1D2 est lui aussi très limite avec sa vitesse de moteur à fond les manettes. Je ne pouvais commencer que par là. Evidement cela saute aux yeux, le taux de déchets à 10is est trop aléatoire. Les ingés ont du pousser à l’extrême possible comme d’habitude. Le temps de vibrations du miroir, incident forcément sur la lecture des capteur af est sûrement limite pour le maximum. Sur cible perpendiculaire pas de pb, sur cibles axiales, j’ai renoncé et limité à 7is, tout comme d’ailleurs j’ai toujours limité l’ancien 1D2 à 6/7is pour sa part. Bénéfice sur le résultat, bénéfice sur la vie mécanique des machines. 7is est déjà monstrueux d’efficacité.

EDIT dec 2008 : les maj depuis autorisent les 8/9is avec stabilité.


Constatation B / CFN3 - 4 – 1 : Suivi continu

Ici c’est un paradoxe, le réglage par défaut (0) indique la position de priorité au coll actif. Il devrait être précis. En fait c’est mal lire, car si on lit bien le seconde possibilité est « suivi de cible » cela signifie que la position par défaut accepte alors de passer d’une cible à l’autre facilement. Ok mais que faut il pour cela ? dans la réalité un petit effet de pompage permet au coll de savoir si un autre espace se présente dans l’axe. C’est carrément visible en direct, le 1D3 cherche sa cible avec autorité et moult pompages, alors qu’on pas déclenché. Avec le « suivi de cible » la machine tend a rester sur la première masse considérée et choisie. Sans doute une mémoire de forme vectorielle. C’est presque la fonction AI focus que l’on trouve sur les Apn amateur de Canon. Et en effet avec cette fonction si on change de cible carrément, il faut redonner un coup de déclencheur pour s’adapter si on veut être réactif. Conclusion : très utile quand on veut suivre à tout prix une cible de grande taille, qu’on est sûr de ne pas rater au sens ou perdre, mais où on veut éviter aussi au focus de pomper. Cette fonction était moins sensible sur le 1D2.

NB : D’après le bouquin , ne fonctionne qu’avec au moins plusieurs collimateurs d’assistances ( 2 ou 6 donc ), mais mm en collimateur seul sans assistance il permet une meilleure détectabilité.


Constatation C / CFN3 – 2 : rapide ++

J’aurais pu le mettre à la suite de CFN3-8 et ses 8is … quand on a une cadence folle, le temps de recalcule du focus est restreint au minimum. J’ai déjà constaté avec le 1D2 que seule la vitesse 4 par exemple permettait à un doubleur de travailler correctement, pour forcer un recalcule permanent, donc une correction permanente. De lente au milieu cette fonction rempli un peu le rôle de la fonction précédente, vers rapide elle est annulée si CFN3-4-1 est cochée.


Constatation D / CFN3 - 8 : 0 ou 1 ( mais pas 2 qui a une latitude Ă©norme )

Alors là c’est une surprise, l’aide au 6 coll ( N°2 déconseillée donc ) est dans les faits la correspondance avec l’aide à 12 coll de l’ancien 1D2 ! je l’ai constaté dans les faits, le focus quand plusieurs possibilités se met éventuellement à choisir un focus bien large , et ne perd pas la cible mais pourra donc reculer ou avancer plus que les 6 prévus, dans l’exemple d’un coureur à pied dont le bras est en avant ou arrière, pourtant déporté de l’axe prévu. Comme par hasard cette fonction de 12 coll a disparu des possibilités du 1D3. Je crois donc que cette fonction embrasse à la fois les 6 ou 12 in facto. La fonction N° 1 elle ne suggère que 2 coll en plus, et elle ressemble fort alors à la précision de l’ancien 1D2. La fonction N°0 peut suffire aussi car sa capacité de discrimination est plus forte qu’avant, néanmoins on la préférera pour des cibles bien contrastées ( pull chamarré etc ). En tous cas la N°2 est trop large et fait pomper le focus. On ne l’appliquera que dans le cas de cibles très éloignées et homogènes, surtout pas dans le cas de sportifs et de parties proches changeant la profondeur ( bras, jambes etc ).


Constatation E / CFN3 – 3 : 0 ( cible petite ou perpendiculaire – Af +af ) ou 1 ( grandes cibles ou axiales - prior Af + cadence )

Assez étonnant là aussi, la recherche de l’af parfait recalculé à chaque prise pendant une rafale rapide est sujet à pompage, sans doute voulu. A vouloir faire trop bien c’est pénalisant pour une grande cible axiale, ce point 0 est valable pour une petite cible ou seulement perpendiculaire. Les résultats obtenus avec le N°1 donnent un AF bien mesuré au départ et évite le pompage par la suite, j’ai eu de bons résultats. Mais cette perfection est utile pour une cible minuscule, ce recalcule permet de fixer une précision redoutable à condition d’avoir une cible ne se déplaçant pas énormément, ou bien de façon perpendiculaire seulement. Vu avec un oiseau trottant de branche en branche.


Constatation F / CFN3 – 5 : 1 ( pas de recherche de point sur un grand télé )

Canon le dit clairement, les grands télés peuvent devenir fous et pomper sans fin, dans des conditions exceptionnelle. Cela m’est arrivé deux fois ( dans une soirée sur un animal très lointain ). Cette fonction permet à l’af de s’arrêter totalement alors, quand perte complète du point et un aller et retour infructueux. Une pression immédiate redémarre bien entendu le focus.



Conclusion : Ce Servo en mode ultra rapide est donc exploitable. J’ai eu des résultats presque totalement bons avec ces solutions ( série de 50 photos à la suite ) autant que mon 1D2. Et plus précis pour les petites cibles de manière indubitable. Je n’ignore pas que d’autres précisions pourront venir de l’expérience des uns et des autres. Ou que Canon perfectionnera encore son AF avec des Firmware comme cela se fit avec le 1D2 et d’autres, et tous les autres.


NB : Pour des cibles autres que déplacement axial et se rapprochant de trop, on peut revenir de 8 à 10is. Le taux est alors raisonnable. [Cette remarque est valable pour l'ancien 1D² aussi.]


-


EDIT Décembre 2008 : Les conclusions un an plus tard restent valables, deux saisons avec ce boitier ont amené de l’expérience, et un firmware ( 1.13 ) très stable est apparu.

Canon a solutionné des problèmes récurrents de miroir interne, lors d’un rappel total, qui masquait des déréglages énormes d’ajustement de focus sur certaines pièces. On ne saura jamais si ce rappel était un geste commercial pour tuer dans l’oeuf une peur irrépressible qui envahissait Internet ( 3% de pannes, ou 50%, ou 90% ? ... ), ou si les changements remédiaient à des ratés réels nombreux, c'est à dire assez pour ne pas être traités en cas par cas. Personnellement, j’ai eu un autre probleme de capteur défectueux, et un arrêt de la machine récurrent au bout d’un an. Ce second problème était très fréquent, les températures créaient des dysfonctionnements électroniques. Canon a eu donc des gros soucis, quelques soient les solutions entreprises, par une longueur incroyable de la réparation du parc. Un échange global aurait été préférable. Si la machine fonctionnelle était une réussite, la commercialisation et le suivi furent des ratés qui resteront historiques.

Pour revenir à la machine elle même, et aux nombreuses interventions gracieuses privées et publiques que je fis pour aider les collègues, on peut noter que ses performances sont hors du commun, absolument supérieures au modèle précédent, comme entrevu lors du test de juin 2007. Il est tout de mm à noter que la machine s’est complexifiée avec le temps, des Mk2 aux Mk3, tellement l’aF a de réglages et de ressources.

On notera tout de même une maladie déjà présente dans le Mk2 ( et 1 aussi, tous les af pro ), que les contrastes arrières peuvent toujours piéger les AF pro quand la rapidité est de mise. L’équation des contraires, sécurité et vitesse, reste impossible au jour d’aujourd’hui encore, là où en réglant le CFN3-2 à moins un ou moins deux, on arrive à la lente et sécurisante map des apn d’entrée de gamme. C’est tout le paradoxe de ces monstres, et il n’est pas aisé d’en faire la pédagogie.

On peut dire que c’est le talon d’achille des détecteurs de phase, comme moyen de faire la mise au point. Un jour peut être aurons nous les deux qualité ensemble.

Ceci étant, cet Af est vraiment le meilleur produit Canon, très performant, comparable maintenant en très basse lumière aux Af pro de l’autre seule marque sportive professionnelle, les Nikon. C’est ce qui manquait à Canon, la gestion en lumière extremement basse. En rapidité et rendement, les machines de la génération anciennes étaient déjà à égalité. Par le biais d’amis professionnels, ayant les deux apn pro ( Mmk3 et D3 ) durant des mois durant, à raison de plusieurs heures par jour, nous savons que les deux se comportent de la mm manière à peu près, avec les mm faiblesses ... aux mm endroits. Ce qui est ultra rapide perd en sécurité. Mais la barre est très haute pour ces deux marques , et personne ne les égale à ce jeu.

On attend éventuellement Sony qui dit vouloir tâter de ce marché. A voir.
Amitiés Olivier


Inscrivez-vous pour répondre
Valider
Annuler

Titre

Réponse


Lien

Photo
     

Légende de la photo